Antoinette Fouque - Espace des femmes


Antoinette Fouque - Espace des femmes

Antoinette Fouque, théoricienne et écrivaine

Evidemment, Antoinette Fouque a pris part à différents ouvrages collectifs comme "Portraits choisis", "Génération MLF 1968-2008" ou "Mémoire de femme 1974-2004". Le combat d’Antoinette Fouque n'a rien à voir avec un militantisme pur et dur, il défend la maternité, qui n'est pas d'après elle incompatible avec la libération de la femme. "Le dictionnaire universel des créatrices" est édité sous sa direction. Il raconte 40 siècles de création des femmes.

Antoinette Fouque, une jeunesse entre Marseille et Paris

C'est à Marseille que se passe son enfance. Antoinette Fouque va conserver toujours un enracinement politique marqué à gauche de sa jeunesse passée dans un contexte ouvrier. Dans les années 60, elle devient maman. Elle prend dès lors conscience des problèmes que connait une femme lorsqu’elle assume ses statuts de maman et de femme alors qu'elle exerce un métier. Antoinette Fouque a été à bonne école dès lors que son père était un militant syndicaliste.

Une militante de tous les combats

Selon Antoinette Fouque, l'épouse du soldat inconnu est encore plus inconnue que lui. Elle le clame pendant une manifestation parisienne du Mouvement de libération des femmes. Cette militante lance le Collège de Féminologie et l’Observatoire de la Misogynie. Tous les combats pour les droits des femmes ont reçu l'appui d'Antoinette Fouque.

Antoinette Fouque, Jacques Lacan et Luce Irigaray

Au début des années 70, Antoinette Fouque mène des débats au sujet de la sexualité féminine avec Luce Irigaray, psychanaliste féministe. Elle se fait critique littéraire pour deux sociétés d’édition en parallèle à sa mission d'enseignement. A la fin des années 60, Antoinette Fouque fait la connaissance de Jacques Lacan, célèbre psychanalyste. Le groupe de réflexion Psychanalyse et Politique, courant fondateur du Mouvement de libération des femmes, a été lancé par cette femme militante.